La chapelle Saint Fiacre

La chapelle Saint Fiacre à Concarneau (le Cabellou)

La chapelle Saint Fiacre début XXème.

Les tribulations de la chapelle Saint Fiacre. La chapelle telle quelle se présentait encore à l’aube du XXème siècle, à Riec dans le vallon de Langaër. Elle était alors flanquée d’un transept.

Au Cabellou, on est attaché à cette petite chapelle.

Au point qu’une association œuvre à sa restauration.

Et pourtant, ce vénérable édifice n’est en rien concarnois. II a été transplanté ici voici 80 ans de Riec-sur-Bélon. Ame des amis de Saint-Fiacre, Félix Le Fèvre en reconstitue patiemment l’histoire. Rocambolesque, elle est méconnue de beaucoup…

Saint-Fiacre, patron des jardiniers et des cochers, invoqué contre les hémorroïdes ! Le culte de ce moine irlandais est très vivace en Bretagne. Et c’est à Kerspen, au XVIème siècle, que fut édifiée cette chapelle à son nom. On la plaçait aussi sous le vocable de la Trinité. Elle devait être chère au cœur des Riécois, estime Félix Le Fèvre. Au XVIIIème siècle, une quête auprès des paroissiens permit de la restaurer pour 3000 livres. Un attachement qui n’évita pourtant pas à l’édifice de connaître un destin pour le moins mouvementé…» Nous voilà dans la tourmente révolutionnaire. Un certain Louis Le Flécher s’en porte acquéreur avant d’en faire don à la paroisse. En contrepartie, pour le repos de son âme, une messe y sera célébrée à perpétuité le jour du pardon.

Quand intervient la loi sur les biens de l’Église, l’État met la chapelle sous séquestre. Elle menace ruine. Suivent de longues péripéties judiciaires entre les héritiers et l’administration. Finalement, on numérota les pierres. La chapelle fut démolie et l’on stocka les matériaux au bourg de Riec pour les vendre. « Vente qui ne provoqua guère d’opposition. Le conseil municipal n’accordait pas d’intérêt historique à cette chapelle. En chaire, le curé proclame qu’il n’y aura pas péché à s’en porter acquéreur. Des Américains sont alors intéressés… »

Deux grandes figures

C’est en 1925 qu’intervient Mélanie Rouat. Une figure mondiale de la gastronomie. Hôtesse d’artistes comme Émile Compard, de Maurice Curnonsky, le fondateur de l’Académie des gastronomes, son homard à l’armoricaine est vanté par Flaubert. Elle achète le transept pour étendre son restaurant au centre du bourg. Un autre personnage acquiert nef et clocher. Député de Paris sous l’étiquette des Républicains de gauche, défenseur d’un projet de canal entre Paris et Dieppe, Charles Leboucq est docteur en droit, journaliste économiste, grand défenseur du petit commerce. Autant de qualités qui lui permettent d’acheter la pointe du Cabellou pour une poignée de cacahuètes. II entend la lotir pour y attirer ici les Parisiens. La chapelle Saint-Fiacre embellira le tout. A Leboucq mettra dix ans à la réédifier.