Le Quai Pénéroff

Le bassin Pénéroff avant d'être comblé.

Le bassin Pénéroff avant d’être comblé.

En 1815, jamais la pêche ne fut aussi maigre. La mer restait vide et les marins étaient dans la plus affreuse des misères. En 1817, alors que les chaloupes restaient toujours au port à cause du poisson qui ne revenait pas, une banale tempête, comme celles qui ont lieu plusieurs fois l’an, fît que les barques se fracassèrent les unes contre les autres. Les pêcheurs serrèrent les poings ; Mais quand donc construira t-on le môle qu’ils attendent ? Une digue avait bien été édifiée du temps ou la ville-close présentait un certain intérêt pour le roi, mais il n’est restait plus qu’une vague levée de pierres découvertes à marée basse. À force de supplications et devant la misère des pêcheurs qui commençaient à voler dans les récoltes de pommes de terre la nuit, le préfet décidât de leur donner du travail et envisageât de leur faire construire le môle tant attendu.

Construction du quai:
Le roi décidé, la construction commença, mais ce n’est que plusieurs années après qu’il sera achevé en ayant été éventré et réparé plusieurs fois après diverses tempêtes. Non seulement le môle fut construit, mais également un long quai allant de cette digue à l’entrée de la ville-close qui n’est autre que le long quai qui longe actuellement l’avant port. Mais il ne sera pas commode vu sa hauteur et le peu d’eau à son pied. Le terre plein entre ce quai et les maisons n’est pas achevé que l’on décide de le recreuser et en 1833 une brêche est ouverte dans le nouveau mur créant ainsi un bassin d’échouage à l’emplacement de l’ancienne grève.

Très animé à marée haute, ce bassin assèche hélas en basse mer. Les égouts qui s’y déversent et la vase qui l’encombre le rendent rapidement indésirable.

Le quai Peneroff vue de la Maison du Port:

Le bassin Pénéroff d'auterfois.

Le bassin Pénéroff d’auterfois.

Après avoir été agrandi en 1863, c’est en 1936, lors de l’aménagement du port de pêche, que l’on en profitera pour combler à nouveau ce bassin afin d’y faire un parc de stationnement face à la montée du nombre d’automobiles. Il s’agit aujourd’hui de la place du 8 mai 1945.

Le quai actuel ne ressemble donc plus du tout à celui que connurent les peintres de la fin du siècle dernier. L’immense parking a remplacé l’activité d’un port avec le débarquement du poisson, le ramendement des filets, les chaloupes et les sardinières. Il ne reste aujourd’hui que la « maison de bois » qui fait face au port de plaisance et qui rappelle les liens économiques qu’entretenaient la Bretagne et la Norvège. Aujourd’hui, certains Concarnois sont pour recreuser le bassin d’échouage, mais c’est une autre histoire…