Histoire de Concarneau

Le Concarneau d'avant

Le très ancien Concarneau.

Au fond de la baie de Cornouaille existe un îlot rocheux, le conque de Cornouailles, autrement dit  » Concq Kerneis « . L’acte le plus ancien où il est question de Conc date du XIème siècle. C’est, semble-t-il, le cartulaire de Landévennec. Le  » locus sancti Wingualoei in Buduc « , Saint-Guénolé de Beuzec-Conq, est mentionné parmi les dépendances de l’abbaye au Cartulaire (XIème siècle). Ce Cartulaire mentionne que Gradlon donne à Saint-Guénolé (le fondateur de l’abbaye de Landévennec), en Beuzec, cinq maisons. Le mot  » en Beuzec  » s’entend de la  » paroisse de Beuzec  » comprenant l’îlot de Conc. Le seul prieuré que l’abbaye de Landévennec ait eu en cette paroisse est celui de Conc.

D’autres historiens prétendent qu’un dénommé Concar, fils d’Urbien et époux d’Azénor s’empare de la petite île de Conq qui était primitivement habitée par les Pictes. Concar baptise sa ville Concar-Keroneos (Conkerneos) qui se traduit à cette époque (en 692)  » Concar, fils d’Urbien « . Concar s’éteint en 725. Conc est pris pour la première fois par  » les Français  » en 799. Ces derniers vont y rester pendant dix ans avant d’en être chassé par les bretons en 809.

Concarneau était autrefois une ancienne trève de Beuzec-Conq que Concarneau a englobée depuis le 27 août 1945. Il s’agit, semble-t-il, d’un démembrement de l’ancienne paroisse primitive de Melgven (ou de Pleuven, d’après Couffon). Beuzec-Conq doit son nom à saint Beuzec ou Budoc, fils de la comtesse Azénor. Beuzec-Conq (noté Buezec Conc en 1325 et Bozoc Chonc vers 1330) s’est agrandi en 1791 de sept hameaux appartenant à Trévidiern. Beuzec était doyenné, depuis le Concordat jusqu’en 1831.