Histoire de Concarneau

Mais les Espagnols vinrent l’y poursuivre, comme nous l’apprend cette lettre du 4 Août 1585, de l’ambassadeur de Toscane (Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, tome IV, p. 622.  « Dom Antoine de Portugal, ce roi exilé, s’est enfui à la Rochelle où il est bien vu et bien gardé par les habitants de ce port ; il s’était en effet retiré à Concarneau, place de la Reine mère en Bretagne, mais comme cette place se trouve au bord de la mer, quelques navires espagnols, commandés par le neveu du marquis de Sainte-Croix, tentèrent de le surprendre ; mais ayant fait diligence pour se mettre en sûreté, il échappa au péril avec son fils batard et Diego Botteglia, son favori et ancien confident ; cependant plusieurs de ses serviteurs, moins prompts que lui à se sauver, furent pris et conduits en Espagne. On dit que cette tentative n’a pas été faite à l’insu des Guises, notamment du duc de Mercœur ; en fait, le pauvre prince a trouvé plus de sécurité près des ennemis de Dieu, qui sont aussi les siens, que près de ses propres amis ».
De la Rochelle, dom Antoine gagna l’Angleterre, puis revint en France et mourut à Paris le 25 Août 1595.

Félix Youssoupov, descendant de la princesse Zénaïde et la princesse Irène (Le Télégramme).

Félix Youssoupov, descendant de la princesse Zénaïde et la princesse Irène (Le Télégramme).

Simple trève de Beuzec-Conq jusqu’à la Révolution, Concarneau est érigé en paroisse lors du Concordat, et en doyenné en 1831. Beuzec était doyenné, depuis le Concordat jusqu’en 1831, mais le 24 Août de cette année, fut rendue l’ordonnance suivante : « La cure de Beuzec-Conq, canton de Concarneau, est transférée dans la commune de Concarneau, la succursale établie à Concarneau est transférée à Beuzec-Conq ».

Les commentaires sont fermés.